Catégories

There is no category

Articles récents

PrestaShop

Chocolats Puyodebat : Orfèvres de la fève

5/12/2017

|

Posté par Christophe Puyodebat

|

Paru dans Sud Ouest Eco Novembre 2017. Textes de Carole Suhas.

Cambo-les-Bains, les chocolatiers Valérie et Christophe Puyodebat portent loin la tradition.

Ils approchent de la vingtaine. Voilà quasiment deux décennies que Christophe et Valérie Puyodebat, fondateurs de la chocolaterie du même nom, se sont attaqués à la fève de cacao. Dix ans passés  Bayonne, puis à Cambo depuis 2009, où le couple a trouvé un écrin accueillant pour installer son ambitieux projet: un atelier-musée.

Dans les locaux de 950 mètres carrés, où travaillent une douzaine de personnes, les Puyodebat transforment un produit qu'ils on eux-même sélectionné à l'état de fève, le plus souvent en Amérique latine. "Avec Cazenave à Bayonne, nous sommes les seuls à le faire", souligne Christophe Puyodebat.

Des envies de Brésil

"Le chocolat que je choisis au Brésil ou en Colombie, je sais comment il est produit, séché, je connais sa finesse, s'il est amer.... comme nous ne sommes pas producteurs, ici, c'est un très bel échange que l'on doit absolument conserver."

Le chocolatier, qui se rend trois à quatre fois par an sur place pour rencontrer les producteurs de cacao, affiche son enthousiasme pour la fève brésilienne. "Pour moi, c'est un des meilleurs chocolats du monde." A tel point que l'artisan basque pense à s'implanter au Brésil pour y ouvrir, "peut-être", un second atelier-musée, à l'image de celui de Cambo.

Un développement de l'entreprise familiale à l'étranger qui s'accompagne aussi de nouveaux investissements, comme ces nouvelles machines de torréfaction, de concassage ou de broyage, plus modernes, pour lesquelles le couple de chocolatiers a déboursé 100 000 euros. "Elles me permettront d'avoir une finesse de chocolat plus importante", explique Christophe. "En 2009, lorsque nous nous sommes installés ici, il nous a fallu emprunter 1.5 million d'euros. Nous avions 23 ans, avec mon épouse, quand nous nous sommes lancés dans notre création de chocolaterie. Quand j'y repense, maintenant, je me dis heureusement que l'on est fougueux quand on est jeune."

Un pari gagnant puisque, des 600 kilos de confiserie vendus par an au lancement, le chocolatier Puyodebat en est maintenant à 30 tonnes. "Aujourd'hui, en tant qu'artisans chocolatiers, nous sommes l'un des plus gros producteurs", commente Christophe, fier d'avoir réussi à créer de toutes pièces une chocolaterie dans un territoire où le chocolat est plutôt une histoire de grandes familles et d'héritage. "On prend les marchés au fur et à mesure, et les gens nous le rendent bien. On a encore fait une très belle année, et on est tous les ans en grosse progression." Avec deux boutiques, l'une à Bayonne et l'autre à Cambo, la vente sur le site Internet et le réseau de "boulangers et pâtissiers du coin", Christophe Puyodebat tient là ses points de vente. Pas de  grandes surfaces au tableau. "Je ne veux pas travailler avec les grandes surfaces, ça pourrait avoir un impact assez négatif sur notre image ; donc, on se concentre sur nos boutiques."

Chocolatier Puyodebat : orfèvre de la fève Sud Ouest Eco

Produits similaires